Projet lauréat : Ski'N'Share

SKI’N’SHARE, QUAND SKIER PERMET DE PRODUIRE UNE ENERGIE PROPRE


Allier l’utile à l’agréable, c’est l’idée qu’a eu l’équipe du projet Ski’N’Share en imaginant des skis dotés d’une batterie, afin de collecter l’énergie provoquée par les déplacements et s’en servir pour alimenter les stations.

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Cette maxime attribuée à Lavoisier, l’équipe du projet Ski’N’Share semble se l’être peu ou prou appropriée. « En novembre 2017, à l’occasion d’un cours d’anglais sur le thème du design et du développement de produit et de service, il nous été demandé de venir chacun avec une idée et de la partager avec la classe. C’est comme cela qu’avec Clémence et Maïlis le projet a commencé à germer dans nos têtes. Notre volonté de départ était de parvenir à combiner la pratique du ski, que nous aimons beaucoup, avec une dimension environnementale. En effet, en raison notamment des infrastructures, nous avons constaté que le ski est un sport assez polluant car très consommateur d’énergie. Le désir de trouver une solution pour y remédier a peu à peu pris forme » se rappelle Louise, l’une des trois étudiantes en 2e année de l’EM Lyon à la tête de Ski’N’Share.

Un business plan bien réfléchi

A force de réflexion, le trio en vient à se dire que si l’énergie produite en skiant pouvait être récupérée et valorisée, cela pourrait être d’une grande aide. Le projet imaginé consiste alors à accrocher une batterie aux skis pour collecter l’énergie dégagée par la vitesse et les mouvements du skieur. Celle-ci étant ensuite utilisée pour alimenter en électricité la station et ses infrastructures, dont les remontées mécaniques. « Nous avons prévu de nous inspirer d’un système de batterie déjà existant intégré dans des ballons de football. Par le biais d’une sorte de balancier, trente minutes de jeu permettent de produire trois heures de lumière » explique Louise. Pour le moment, les trois jeunes femmes se sont essentiellement concentrées sur le business plan et les objectifs du produit. Seul un modèle en imprimante 3D a été conçu. A l’état d’esquisse, la partie technique doit encore être pensée et développée.

« Le concours nous a réellement boosté »

Leur 2e place sur le podium Coca-Cola European Partners, glanée lors du concours Coup2Boost, pourrait les y aider. Le trio a en effet comme ambition de profiter de la bourse obtenue pour mener des recherches d'ingénierie concernant la faisabilité du projet. « L'objectif serait de réaliser un véritable prototype pour constater, tout d’abord, si techniquement cela fonctionne. Puis, si la quantité d’énergie récoltée est suffisamment intéressante. Notre idée est assez ambitieuse mais encore très abstraite » admet Louise. En attendant que le projet Ski’N’Share se concrétise davantage, l’équipe a pu profiter de Coup2Boost pour engranger de l’expérience. « Ce concours nous a donné confiance et nous a apporté davantage d’ambition. Cela nous a réellement boosté. La présentation nous a incité à nous entraîner, à aller chercher auprès de personnes qualifiées des conseils sur la meilleure façon de décrire notre projet, les points à appuyer, etc. Devant le jury, nous avons ainsi eu l'impression d'être de véritables entrepreneuses, et de mettre un pied dans la vraie vie. Le bon résultat que nous avons obtenu est une vraie reconnaissance et une motivation pour faire aboutir notre projet ».