var endstr=document.cookie.indexOf (";", displayCookieNOConsent); if (endstr==-1) endstr=document.cookie.length; var myCookie = unescape(document.cookie.substring(displayCookieNOConsent, endstr)); console.log('cookie : ' + myCookie);
 

Projet lauréat : Green Leaf

 


Un bout de code qui permet à chaque internaute de connaître l’impact de sa navigation en termes de CO2, c’est le concept porté par 5 étudiants de l’ECE Paris. Victoria Barthod, membre de l’équipe Green Leaf, nous en dit plus sur ce projet récompensé par le coup de foudre de Tessi.

Si la digitalisation a des effets positifs sur l’environnement, comme la baisse de la consommation de papier, elle a également un côté sombre. Chaque action en ligne entraîne l’émission d’une quantité non négligeable de CO2. Pour sensibiliser les internautes à leur impact sur l’environnement l’équipe Green Leaf a conçu et développé un compteur d’émissions de CO2. Sous la forme d’une extension de navigateur, cet outil est aujourd’hui disponible gratuitement pour tous les utilisateurs de Google Chrome.

Un projet d’études devenu projet professionnel

L’extension Green Leaf est née au sein de l’Ecole Centrale d’Electronique de Paris en tant que projet d’études de cinq étudiants en master. Son succès dans le cadre du concours Coup2Boost et la réception unanimement positive qu’elle a reçue permet à ses concepteurs d’afficher de plus grandes ambitions. « A court terme, nous allons d’abord chercher à améliorer l’extension. A plus long terme nous voudrions faire de l’audit de digitalisation écologique et aider des entreprises à améliorer leurs stratégies RSE » souligne Victoria Barthod.

 

Un avenir prometteur

Pour ces cinq écologistes numériques, participer à Coup2Boost a été l’occasion de développer sa capacité à pitcher son projet. « Ce format de 4 minutes avec une vidéo était un exercice particulièrement utile sur lequel nous nous basons désormais pour présenter le projet. Nous sommes d’autant plus confiant en l’utilisant que nous avons pu avoir des retours pertinents de la part de professionnels mais aussi d’enseignants. »